Société Suisse d'Aide aux Victimes

Association d'aide aux victimes en Suisse


Cliquez ici pour nous contacter gratuitement

Mise en garde des victimes

Pour toutes vos questions l’Association est là pour vous répondre du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00.
“Vous pouvez compter sur l’Association d'Aide aux Victimes de France pour vous épauler. Bon courage à chacun.”
Le président d’honneur de l’AVF, Patrick Kloepfer

Page mise à jour le 14/04/2020 par Société Suisse d'Aide aux Victimes

À lire avec attention

Un des problèmes majeurs pour ne pas réussir à obtenir une indemnisation correcte est tout simplement de ne pas choisir les bons défenseurs. Pour ne pas se tromper, une victime doit se poser un minimum de questions. L’immense majorité des victimes pense à prendre un avocat et si possible un avocat spécialisé en droit corporel. Pour se faire, indemniser correctement une victime doit avoir un minimum de culture dans le domaine de l’indemnisation, c’est indispensable. Il s’agit d’une part d’avoir une connaissance minimale sur le domaine et d’autre part, avant de choisir un défenseur éventuel, d’avoir compris le rôle de l’avocat de victimes et le rôle du médecin expert.

Il est important que toute victime prenne connaissance des informations suivantes :

  1. Un avocat ne doit pas se prendre pour un médecin, il ne faut pas oublier de défendre l’aspect médico-légal avec une vraie expertise médicale.
  2. Il existe la profession d’expert d’assuré. C’est l’équivalent de l’inspecteur d’assurances de l’assureur ; c’est un vrai spécialiste de l’indemnisation du préjudice corporel.
  3. Les médecins missionnés par l’assurance (que ce soit la vôtre ou celle de votre adversaire) ne sont pas de votre côté ! Ils travaillent pour l’assurance, ils sont rémunérés par eux et si l’assurance trouve qu’ils sont trop généreux avec les victimes, ils ne font plus appel à leur service ; les médecins missionnés ont alors tout intérêt à prendre la fourchette la plus basse lors du chiffrage.

Philosophie de l’Association

Nous vous présentons ci-dessous les différents professionnels. Il est important que vous preniez le temps de comprendre les rôles de chacun d’entre eux. Quel professionnel choisir ? Dans l’association, nous pensons qu’il n’y a pas de règles : chaque cas de victime est particulier.

  • un médecin expert indépendant est vraiment utile une fois que l’état de la victime est stabilisé. Évidemment, il est logique de faire appel uniquement à lui quand il y a un minimum d’une certaine gravité à défendre. Il faut prévoir environ 180 euros de l’heure et environ 800 à 1000 euros l’assistance à une expertise médicale.
  • Un expert d’assuré est parfait pour la victime qui souhaite maîtriser son dossier au niveau du chiffrage financier. Plus les enjeux sont importants plus il est évident que cela peut — être indispensable.
  • un avocat spécialisé en indemnisation du préjudice corporel est utile pour la victime qui ne souhaite pas elle-même faire son recours. L’usage d’un avocat est obligatoire s’il y a une procédure judiciaire.
    Si vous avez besoin d’un éclairage, n’hésitez pas à contacter l’association.

1er acteur : le médecin indépendant

L’appel à un médecin indépendant est utile pour contrer le médecin de l’assureur. En effet, le médecin de l’assureur n’est pas nécessairement objectif puisque travaille pour son mandant. Le médecin indépendant que vous pouvez choisir n’a aucune raison d’être influencé par l’assureur. Le choix de ne travailler que pour les victimes fait de lui un professionnel susceptible de vraiment défendre les intérêts de la victime.

Attention : dans le cadre de votre garantie défense recours votre assureur peut vous proposer de vous faire défendre par un médecin indépendant. Or ce n’est pas ainsi qu’il faut faire. Malgré toute sa bonne volonté, ce dernier sera malgré tout, même à son insu plutôt du côté des assurances car il est formé par eux et payé par eux…

Il est notamment utile de s’adjoindre un médecin indépendant une fois que votre état est stable. Avant, ce n’est pas vraiment utile. Si vous souhaitez un médecin indépendant, vous pouvez vous rendre dans la rubrique ‘je cherche un médecin expert’ sur notre site. Ceux choisis ne travaillent que pour les victimes.

2e acteur : l’expert en assurances = l’expert d’assuré

 Cette profession est peu connue, il y a peu d’experts d’assurés. Elle est connue dans le milieu de l’assurance et surtout en cas d’incendie. L’expert d’assuré est chargé d’éclairer la victime sur le chiffrage de son préjudice corporel. C’est un spécialiste. L’expert doit avoir une véritable expérience dans le domaine de l’assurance, sinon il ne vous sera pas utile.

3e acteur : l’avocat

L’avocat a le droit de défendre les victimes devant un tribunal. Il peut toutefois avoir acquis de l’expérience au fur et à mesure des dossiers traités. Le choix de l’avocat est crucial dans votre dossier. A lui seul il peut faire réussir votre demande ou la rater. Il peut vous obtenir une faible indemnisation s’il s’y connait pas mais si vous choisissez un avocat spécialisé il pourra obtenir la meilleure indemnisation possible. Si vous avez besoin d’aide, vous pouvez nous contacter.

Bon à savoir : Dans le principe toute personne victime doit avoir un minimum de culture dans le domaine de l’indemnisation et s’intéresser à son dossier pour être indemnisée correctement.

Questions de victimes - Mise en garde des victimes


Accident de la route, notre assureur nous défend mal, que faire ?

Mon épouse a été victime d’un accident de la circulation en août et ne peux plus travailler jusqu’en janvier. Elle circulait en moto, un cycliste qui descendait une route à vive allure a perdu le contrôle de son vélo. Il est venu violemment percuter ma femme sur son flanc gauche la faisant chuter sur son côté droit. Évacuée par les pompiers, elle souffre du dos, de l’épaule, cuisse, genou et cheville gauche, et de l’épaule droite.  Après quelques semaines, il était toujours constaté une impotence fonctionnelle de l’épaule avec cervicalgies persistantes. Notre assurance est chargée de notre dossier. Après un premier rendez-vous en février, le docteur, expert mandaté par la compagnie d’assurance, concluait que l’état de mon épouse n’était pas stable et qu’un nouvel examen devrait avoir lieu en septembre. L’arrêt de travail de mon épouse, auxiliaire de puériculture, a entraîné une perte de salaire et indemnités diverses, évaluée par son employeur à 2.500 €. Nous demandons donc à notre assurance le remboursement intégral de ces sommes. L’assureur a alors seulement obtenu de l’assurance adverse une somme de 600 €. Une nouvelle expertise médicale est bientôt prévue. Nous n’avons jusqu’à ce jour jamais été confrontés à un accident de la route. Nous sommes très peu informés de l’évolution de la situation par notre compagnie d’assurance. Nous voudrions avoir l’avis de l’association à ce sujet et savoir quelles démarches effectuer pour faire reconnaître nos droits et être défendus au mieux car nous ne faisons plus confiance à notre assurance. Merci à vous.


Vous aussi vous avez une question ? Cliquez ici pour nous contacter, réponse dans la journée